Déjà ajouté à Mon Festival.

Mon festival
Spectacle

Why?

1h10 (sans entracte)

En anglais avec surtitres français


mer. 27 Mai
0h
jeu. 28 Mai
0h

Prix régulier / taxes et frais de services inclus

Texte et mise en scène de Peter Brook et Marie-Hélène Estienne (Paris)

THÉÂTRE

** BILLETS EN VENTE À L’OUVERTURE DE LA BILLETTERIE EN AVRIL PROCHAIN **

Pourquoi fait-on du théâtre? C’est la question que posent le légendaire Peter Brook et sa collaboratrice Marie-Hélène Estienne dans cette pièce potentiellement testamentaire pour l’Anglais de 95 ans. Vêtus de noir et pourvus d’un don affûté pour l’évocation, trois comédiens tentent d’y répondre, au sein d’un « espace vide » cher au metteur en scène, meublé d’un simple tapis, de quelques chaises et de trois supports à costumes.

Avec humour, le trio démontre d’abord les possibilités du corps de l’acteur et son incroyable capacité d’incarner une émotion. Chemin faisant, il nous présente les aspirations de grandes figures théâtrales du 20e siècle, au premier chef celles de l’iconoclaste Meyerhold, dramaturge et metteur en scène russe qui souhaitait libérer son art des carcans du passé, en plus de prôner le minimalisme et l’absence de frontières avec le public (comme Brook). On découvre ici son triste destin, lui qui fut exécuté lors des purges staliniennes. Porteur de thèmes graves mais éclairé de nombreux moments ludiques, ce spectacle livre une puissante réflexion sur la création, l’intégrité et l’essence du 6e art. Pourquoi Peter Brook fait-il du théâtre? Assurément pour bousculer, toucher et éveiller les consciences. De la visite rare au Carrefour, près de 25 ans après Oh les beaux jours (1996).

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Texte et mise en scène Peter Brook et Marie-Hélène Estienne

Avec Hayley Carmichael, Kathryn Hunter et Marcello Magni
Musique Raphaël Chambouvet
Lumières Philippe Vialatte
Images Gabrielle Lubtchansky
Assistante costumes Alice François

Remerciements à Oria Puppo

Production C.I.C.T. – Théâtre des Bouffes du Nord

Coproduction Theatre for a New Audience – New York ; Grotowski Institute, Wroclaw ; National Performing Arts Center, Taiwan R.O.C. – National Taichung Theater ; Centro Dramatico Nacional, Madrid ; Teatro Dimitri, Verscio ; Théâtre Firmin Gémier, La Piscine ; Le Cercle des partenaires des Bouffes du Nord.

Présenté en collaboration avec le Festival TransAmériques (FTA)

Vidéo

Galerie photos

Informations complémentaires

La première du spectacle a eu lieu le 19 juin 2019, au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris.

Avant de venir au Québec, la pièce aura été vue dans plusieurs pays d’Europe (Espagne, France, Italie), mais également en Chine, en Colombie, aux États-Unis et même en Russie.

Note d’intention, écrite par Peter Brook et Marie-Hélène Estienne

Pourquoi faire du théâtre? À qui s’adresse-t-on? De quoi va-t-on parler?

Ces questions et d’autres, nous allons les poursuivre dans un petit voyage à la fois dramatique et joyeux – nous découvrirons qu’elles étaient plus que brûlantes au début du 20e siècle.

« Le théâtre c’est une arme très dangereuse » a dit Meyerhold dans les années 20. Meyerhold fut un des plus grands metteurs en scène que le théâtre ait connus. Il a vu devant lui se dresser inexorablement les menaces que le théâtre et l’art en général ont dû subir dans les années 30 en Russie. Il a pu lire ce qui était écrit sur le mur, devant lui, une évidence pourtant, les purges, qui allaient envoyer à la mort, à l’exil, dans les camps, tant d’artistes. Mais pour des raisons magnifiques dictées par son cœur, il n’a jamais pu accuser ce régime qui allait lui faire perdre la vie — il a cru jusqu’au bout, emprisonné, torturé, que la Révolution allait gagner et qu’il allait être sauvé.

Kathryn Hunter, Hayley Carmichael et Marcello Magni vont pour nous tourner les pages de cette histoire – dramatique et si joyeuse en même temps.

Le Carrefour a accueilli une seule fois M. Brook en 1996 avec la production Oh les beaux jours de Samuel Beckett. Il dirigeait son épouse Natasha Parry.

Théâtre des Bouffes du Nord
Salle de légende où la patine des murs témoigne de la mémoire des moments d’exception dont elle a été l’endroit, le Théâtre des Bouffes du Nord est habité depuis l’origine par des comédiens et des musiciens venus du monde entier. Construit en 1876, il renaît en 1974 sous la direction de Peter Brook et Micheline Rozan. En 2010, Olivier Mantei et Olivier Poubelle en reprennent la direction et perpétuent la tradition d’un lieu de créations.

C.I.C.T. Centre international de Créations Théâtrales
En 1968, à l’initiative de Jean-Louis Barrault, Peter Brook anime un atelier international qui sera le noyau du futur Centre International de Recherche Théâtrale (CIRT) qu’il cofondera avec Micheline Rozan. En 1974, le Centre s’installe aux Bouffes du Nord et devient le CICT. Aujourd’hui, il est le support de tous les projets et productions de Peter Brook.

Vsevolod Meyerhold – 1874-1940
Acteur, dramaturge et metteur en scène russe, il est l’un des expérimentateurs les plus audacieux du début du 20e siècle. Il met au point une méthode révolutionnaire d’entraînement de l’acteur à partir de la biomécanique. Le corps y est vu comme un mécanisme vivant, qui fonctionne surtout par réflexes, et qui, en reprenant les conventions du théâtre, va construire et envoyer les moyens expressifs de son corps. L’acteur n’est pas là pour incarner des personnages, mais bien pour en être l’avocat ou le procureur.

Toute son œuvre tend à présenter un théâtre théâtral ni réaliste ni psychologique, qui implique l’activité du public considéré comme « quatrième créateur ».

Il est arrêté en 1939 – on l’accuse de trotskysme et d’espionnage – et fusillé en 1940, victime des purges staliniennes.

DATES DE TOURNÉE
21 septembre au 6 octobre 2019 : Polonsky Shakespeare Center / Theatre For A New Audience / New-York / États-Unis
12 et 13 octobre 2019 : Princess of Asturias Awards / Oviedo / Espagne
19 au 20 octobre 2019 : National Taichung Theatre / Taiwann
25 au 27 octobre 2019 : Wuzhen Theatre Festival / Chine
7 et 8 novembre 2019 : Teatro Principal Antzokia / Vitoria-Gasteiz / Espagne
13 et 14 novembre 2019 : NET Festival / Théâtre des Nations / Moscou / Russie
19 et 20 novembre 2019 : Teatro Dimitri / Verscio / Suisse
23 et 24 novembre 2019 : Teatro Stabile Dell’Umbria / Teatro Cucinelli / Solomeo / Italie
28 novembre au 1er décembre 2019 : Centro Dramático Nacional / Madrid / Espagne
29 et 30 avril 2020 : Théâtre Firmin Gémier, La Piscine / Châtenay-Malabry
14 au 16 mai 2020 : Teatro Stabile di Torino / Turin / Italie

À PROPOS DES ARTISTES

Peter Brook
Peter Brook est né à Londres en 1925. Tout au long de sa carrière, il s’est distingué dans différents genres : théâtre, opéra, cinéma et écriture. Il met en scène de nombreux textes de Shakespeare pour la Royal Shakespeare Company, tels que Peine d’amour perdu (1946), Mesure pour mesure (1950), Titus Andronicus (1955), Le Roi Lear (1962), Le Songe d’une nuit d’été (1970) et Antoine et Cléopâtre (1978).

À Paris, en 1971, il fonde le Centre International de Recherche Théâtrale (CIRT), lequel devient, lors de l’ouverture des Bouffes du Nord, le Centre International de Créations Théâtrales (CICT).

Ses productions se remarquent par leurs aspects iconoclastes et leur envergure internationale : Timon d’Athènes (1974), Les Iks (1975), Ubu aux Bouffes (1977), La Conférence des oiseaux (1979), L’Os (1979), La Cerisaie (1989), Le Mahabharata (1985), Woza Albert! (1989), La Tempête (1990), L’Homme qui (1993), Qui est là (1995), Oh! Les Beaux Jours (1995), Je suis un phénomène (1998), Le Costume (1999), La Tragédie d’Hamlet (2000), Far Away (2002), La Mort de Krishna (2002), Ta main dans la mienne (2003), Glückliche Tage (2003), Tierno Bokar (2004), Le Grand Inquisiteur (2005), Sizwe Banzi est mort (2006), Fragments de Samuel Beckett (2007), The Suit (2012), The Valley of Astonishment (2013) et Battlefield (2015).

Il met en scène plusieurs opéras : La Bohème (1948), Boris Godounov (1948), Les Olympes (1949), Salomé (1949) et Les Noces de Figaro (1949) au Covent Garden de Londres. Suivent Faust (1953), Eugène Onéguine (1957) au Métropolitain de New York; La Tragédie de Carmen (1981) et Impressions de Pelléas (1992) au Théâtre des Bouffes du Nord; Don Giovanni (1998) pour le festival d’Aix-en-Provence et Une Flûte enchantée au Théâtre des Bouffes du Nord (2011).

Ses principaux livres sont L’espace vide (1968), Points de suspension (1987), Le Diable c’est l’ennui (1991), Avec Shakespeare (1998), Oublier le temps (2003), Entre deux silences (2006) et La Qualité du pardon (2014). En 2018, paraissait Du bout des lèvres, traduit par son ami et collaborateur Jean-Claude Carrière.

Au cinéma, Peter Brook a réalisé Moderato Cantabile (1959), Sa Majesté des Mouches (1963), Marat/Sade (1967), Tell me lies (1967), Le Roi Lear (1969), Rencontres avec des hommes remarquables (1976), Le Mahabharata (1989) et The Tragedy of Hamlet (2002).

La théorie de « l’espace vide », développée par Peter Brook depuis plus de 70 ans, se base sur une mise en scène simplifiée et les mouvements intuitifs des acteurs. Il fut l’un des premiers à jeter aux orties l’apparat des décors et du rideau de scène pour placer le comédien au premier plan.

« Parce que c’est toujours un aller-retour, cette chose qui s’appelle le théâtre n’existe que dans la prise en compte de sa composante principale, le public. »

Marie-Hélène Estienne
Marie-Hélène Estienne travaille aux côtés de Peter Brook depuis 1976, d’abord sur le casting de Timon d’Athènes, puis elle rejoint le Centre International de Créations Théâtrales (C.I.C.T.) en 1977 pour la création d’Ubu aux Bouffes.

Elle est d’abord l’assistante de Peter Brook pour la Conférence des oiseaux, La Tragédie de Carmen dont elle co-signe le scénario pour la version filmée, et Le Mahabharata. Puis elle collabore à la mise en scène de La Tempête, Impressions de Pelléas, Woza Albert! et La Tragédie d’Hamlet (2000). Elle travaille à la dramaturgie de Qui est là. Elle est co-auteur de L’Homme Qui et de Je suis un phénomène de Peter Brook, présenté au Théâtre des Bouffes du Nord (1998).

Elle adapte en langue française la pièce Le Costume d’après Can Themba, et Sizwe Bansi est mort d’Athol Fugard, John Kani et Winston Ntshona. En 2003, elle fait une adaptation pour le théâtre en français et en anglais du Grand Inquisiteur – The Grand Inquisitor d’après les Frères Karamazov de Dostoïevski. Elle est l’auteur de Tierno Bokar en anglais, Eleven and Twelve, d’après Amadou Hampaté Ba en 2005 et en 2009.

Elle co-signe la mise en scène avec Peter Brook de Fragments, cinq courtes pièces de Beckett et enfin crée, avec Peter Brook et Franck Krawczyk, Une flûte enchantée d’après Mozart et Schikaneder ; ainsi que The Suit d’après Can Themba, Mothobi Mutloatse et Barney Simon. On la retrouve également pour The Valley of Astonishment créé en 2013, dont elle assure le texte et la mise en scène avec Peter Brook.

Hayley Carmichael
Hayley Carmichael est une actrice et metteuse en scène de théâtre anglaise. Elle est la co-fondatrice de la compagnie « Told by an Idiot » et a conçu et joué dans presque toutes leurs productions. Parmi lesquelles: I’m A Fool To Want You, The Firework-Makers Daughter; A Little Fantasy, Happy Birthday Mister Deka D, I Weep At My Piano, Casanova (2007).

En tant que comédienne de théâtre, elle est aussi apparue dans The Dispute (RSC), The Maids (2007, Festival de Brighton), Bliss (2008, Royal Court Theatre), The Birds (Royal National Theatre) David Copperfield (Dundee Rep), ou Metamorphosis (Dundee Rep).

Elle a gagné le prix de la meilleure actrice du Théâtre Anglais (TMA Awards), ainsi que des prix aux Time Out Awards pour ses performances dans I Weep At My Piano, Mr Puntilla et The Dispute.

Au cinéma, on l’a vue dans Anazapta (2001), One Day (2007), et Tale of Tales (2015). Elle est aussi apparue à la télévision dans Our Zoo (2014) ou The Witness for the Prosecution (Alice Mayhew, 2016).

Kathryn Hunter
Avant The Valley of Astonishment de Peter Brook (Paris), Kathryn Hunter a joué dans Cœurs (mis en scène par Robert Lepage à Montréal), Le songe d’une nuit d’été (mis en scène par Julie Taymor à New York), The Bee (mis en scène par Hideki Noda à Londres, New York et Tokyo), Fragments (mis en scène par Peter Brook aux Bouffes du Nord, joué au Young Vic à New York et en tournée mondiale), A Tender Thing (au RSC Stratford), Kafka’s Monkey (au Young Vic et en tournée à New York, au RU, à Tokyo, Taipei, Istanbul et en France), Tell Them I am Young and Beautiful (au Arcola Theatre), Le Roi Lear (à la RSC), Antoine & Cléopâtre (RSC), Celestina (à Birmingham, au Edinburgh Festival), Whistling Psyche (au Almeida Theatre), Dona Rosita (à Almeida), Le Roi Lear (mis en scène par Helena Kaut-Howson au Young Vic), Far Away (mis en scène par Peter Brook aux Bouffes du Nord à Paris), The Rose Tattoo and The Devils (au Theatr Clywd), Vous vivez comme des porcs, The Recruiting Officer, Our Country’s Good (à la Royal Court), The Hypochondriac (à Leicester Haymarket, Lyric Hammersmith), Richard III (au Shakespeare’s Globe), Women of Troy (au Gate), Roméo et Juliette (à Watermill), Mère courage (Shared Experience, Ambassadors); Spoonface Steinberg (au Ambassadors à Washington), Périclès et La Visite de la vieille dame (au National Theatre – rôle pour lequel elle a reçu le prix de meilleure actrice en 1990 aux Olivier Awards). En tant que membre du Théâtre de Complicité, Kathryn a joué dans différentes productions comme Foe, Out of the House Walked A Man, Anything for a Quiet Life, Help ! I am Alive et The Winter’s Tale.

Au cinéma ou à la télévision, Kathryn Hunter a tourné dans Harry Potter & l’Ordre du Phénix, All or Nothing, Wet and Dry, Orlando, Baby of Macon, Rome, Silent Witness, NCS:Manhunt, Grushko et Maria’s Child.

Kathryn a mis en scène entre autres Othello (RSC); 4.48 Psychose (LAMDA); Les Oiseaux (National Theatre); Destination (Volcano Theatre Company); Les fourberies de Scapin (Theatre Clwyd); Maître Puntila et son valet Matti (Almeida, Albery et Traverse); The Glory of Living (Royal Court), La Comédie des erreurs et Périclès (Shakespeare’s Globe).

Kathryn Hunter a également écrit et mis en scène My Perfect Mind, présenté en 2013 et 2014 au Young Vic Theatre.

Marcello Magni
Marcello est l’un des fondateurs du Théâtre de Complicité dont il a élaboré une quinzaine de pièces dans lesquelles il a également joué. Il a étudié à Paris à l’école Jacques Lecoq avant de déménager à Londres.

On l’a vu jouer au Globe dans La Comédie des erreurs où il interprétait les deux Dromios mais aussi dans Périclès au Shakespeare’s Globe, dans Les Oiseaux mis en scène par Kathryn Hunter au National Theatre, dans Le Jeu de l’amour et du hasard, Scapin et La Rose tatouée au Théâtre Clwyd ainsi que dans Le Roi Lear mis en scène par Helena Kaut Housen (Young Vic) et dans Mère Courage (Shared Experience).

En 2003, Marcello a produit et interprété le spectacle Arlecchino, seul en scène, en utilisant les masques de la commedia dell’Arte. Plus récemment, Marcello a également produit, interprété et mis en scène Tell them that I am young and beautiful, écrit en collaboration avec Gilles Aufray au Arcola Theatre, et avec Kathryn Hunter et Patrice Niambana.

En 2013, il a enseigné en Pologne, au Canada, en Italie et au Royaume-Uni et a joué dans The Bee mis en scène par Hideki Noda (Israel, Seoul et Sibiu en Roumanie). Au courant de l’été 2013, il a répété Cards 2Hearts, production de Robert Lepage, au Canada et l’a ensuite jouée en Allemagne. Il a également travaillé avec un groupe de jeunes acteurs au centre Polaresco à Bergame (Italie) en mettant en scène l’histoire japonaise The Sumo Wrestler de Yasutaka Tsutsui. Par ailleurs, il a tourné dans plusieurs films, dont Mr Turner avec Mike Leigh.

Marcello a mis en scène Tinkerbell in Shoji land au Tokyo Metropolitan Theatre (Japon), une pièce écrite par Hideki Noda.

Il a travaillé en collaboration avec Peter Brook et Marie Helene Estienne pour les spectacles Fragments et Une flûte enchantée ainsi que pour le film documentaire de Simon Brook, The Tight Rope. En 2014, il participe au spectacle The Valley of Astonishment. Il reviendra aux Bouffes du Nord en 2015 dans Fragments et dans Marcel, spectacle créé et joué en collaboration avec Jos Houben.

Laurie Blundell, pianiste
Laurie Blundell est pianiste et compositeur. Il a étudié à la Guildhall School of Music and Drama et est diplômé du Trinity College of Music. Laurie a étudié avec Douglas Finch, Yonty Solomon. Il travaille aujourd’hui avec la très célèbre Nelly Ben-Or, travail pour lequel il a reçu une bourse.

Laurie a fait de nombreux concerts depuis qu’il est jeune notamment au QEH, NEC hall à Birmingham ou en solo à l’Institut Français. Plus récemment, Laurie a fait partie de la prestigieuse master-class au BBC concert hall à Bristol avec le pianiste russe Mikael Kazakevich et a donné un récital solo en 2017 commandité par la Glenilla Arts Fondation. A partir de la saison 2008/2009, Laurie a donné de nombreux concerts à Londres où il a présenté ses compositions et à Buenos Aires où il a donné quatre récitals solos. L’année dernière, il a interprété les Concertos pour piano de Mozart avec ESO and a donné plusieurs concerts solos pour Amazon Arts. Il est maître de conférences à la City University.

La musique a conduit Laurie tout autour du monde où il a étudié et joué notamment à Mexico, au Brésil, à Cuba et en Afrique.

À LIRE
BROOK, Peter. L’espace vide : écrits sur le théâtre, Paris, Éditions du Seuil, 2001 c1977, 181 p. (Collection Points Essais 465)
BROOK, Peter. Points de suspension : 44 ans d’exploration théâtrale 1946-1990, Paris, Éditions du Seuil, 1992, 341 p.
BROOK, Peter. Climat de confiance, entretiens menés par Pierre MacDuff, Québec, L’Instant même, 2007, 83 p. (Collection L’Instant scène)
BROOK, Peter. Le Diable, c’est l’ennui. Propos sur le théâtre, Arles, Éditions Actes-Sud Papiers, 1991
BROOK, Peter. Oublier le temps (autobiographie), Paris, Éditions du Seuil, 2003 (Collection Fiction & Cie)
BROOK, Peter. La qualité du pardon : réflexions sur Shakespeare, Paris, Éditions du Seuil, 2014, 101 p.
BROOK, Peter et Marie-Hélène ESTIENNE. Entre deux silences, Arles, Éditions Actes-Sud Papiers, 2006

Ce que la presse en dit...

Et ce qui est merveilleux, dans Why? est que jamais les interrogations – qui pourraient prendre la forme d’un essai ou d’une conférence – ne restent théoriques. […] trois acteurs prodigieux de simplicité […].

Anne Diatkine

Libération, 28 juin 2019

Dans son principe, l’entreprise pourrait paraître didactique, mais ce serait mal connaître Peter Brook. Avec peu d’éléments – un tapis, des chaises et trois portants – mais un trio de comédiens qui mettent à son service tout leur savoir-faire, il parvient à approcher l’essence du théâtre, à en montrer la beauté en même temps que les coulisses.

Vincent Bouquet

Les Échos, 1er juillet 2019

Peter Brook va à l’essentiel. Son geste théâtral, épuré, porté par trois immenses acteurs – Hayley Carmichael, Kathryn Hunter et Marcello Magni – est un acte poétique, politique d’une puissance et d’une simplicité à couper le souffle. […] Une leçon de théâtre, une leçon de vie.

Marie-José Sirach

L’Humanité, 1er juillet 2019

[…] Peter Brook livre, en à peine plus d’une heure, une magistrale leçon sur le jeu, l’acteur, la représentation […] Ce spectacle humble, modeste, économe laissera sa trace dans l’histoire.

Télérama sortir.fr, 1er juillet 2019

On a tout un festival pour vous


Abonnez-vous à l'infolettre