Spectacle Archive

tauberbach

Crédit photo : Chris Van der Burght

2015



Prix régulier /

Alain Platel (Gand / Munich)

Sur le plateau, au milieu de trois tonnes de vêtements au rebut, cinq splendides danseurs à l’énergie animale et à la gestuelle disloquée entourent l’actrice Elsie de Brauw qui incarne avec une grande charge émotionnelle une héroïne à la fois abîmée et toute-puissante. Et ce que ses mots peinent parfois à exprimer, les corps le disent de façon sidérante.

«Rien de ce qui est humain ne lui est étranger.» On le dit de Bach, ici chanté par des sourds, on pourrait le dire d’Estamira, femme vivant dans un dépotoir à Rio de Janeiro, figure centrale d’un documentaire éponyme de Marcos Prado ; ce sont les deux œuvres qui ont servi de matériau de base à la création du spectacle. On pourrait le dire aussi d’Alain Platel : ceux qui ont vu Iets op Bach, Allemaal Indian ou Gardenia savent à quel point le chorégraphe a le génie de débusquer, au cœur de ce qui est qualifié de laid, déviant ou discordant, la beauté, la vitalité et la plus touchante humanité.

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Création et interprétation Bérangère Bodin, Elie Tass, Elsie de Brauw, Lisi Estaras, Romeu Runa, Ross McCormack
Mise en scène
Alain Platel
Production Münchner Kammerspiele et les ballets C de la B

On a tout un festival pour vous


Abonnez-vous à l'infolettre