Déjà ajouté à Mon Festival.

Mon festival
Spectacle Archive

Rwanda 94

2001



Prix régulier /

Jacques Delcuvellerie (Belgique)

Le 6 avril 1994, une roquette abat l’avion du président rwandais, le général Juvénal Habyarimana, au pouvoir depuis 1973 à la suite d’un coup d’État. Les conséquences de cet événement seront effroyables.

Jacques Delcuvellerie en appréhende les premières images alors qu’il vient de terminer, avec son collectif le Groupov, un cycle de travail consacré aux thèmes de la vérité et du sens de la souffrance. Le génocide ne pouvait donc le laisser indifférent, d’autant plus que le déroulement de la crise rwandaise, telle que médiatisée, exigeait de questionner une fois encore le concept de vérité.

Ainsi, le rôle des médias est questionné et, inévitablement, s’inscrit dans le processus de création de Rwanda 94. « La conscience se forme à partir d’informations. Il s’agit donc de s’interroger sur leur qualité, de remarquer Delcuvellerie. Cela pose le problème des médias étant donné qu’aujourd’hui, les problèmes s’emparent de la conscience des citoyens dans la mesure où la télévision leur fait une place. » À partir de ces constats, Delcuvellerie se livre, à travers Rwanda 94, à une véritable déconstruction des pratiques médiatiques. La restauration de la vérité historique se révèle donc essentielle dans la démarche du Groupov pour faire connaître le lancinant et cruel pourquoi. Alors Rwanda 94 devient « le lieu symbolique d’une réparation… une veillée qui devrait conduire vers une aurore où pointerait quelque chose comme la vérité. »

Fondamentalement, dans toute cette proposition, il ne fallait absolument pas oublier les Rwandais. Et c’est par la voix de l’intérieur, celle de comédiens et musiciens rwandais qu’elle s’exprime, comme par le témoignage de Yolande, évidemment, qui a participé à l’écriture de ce spectacle-fleuve. Mais aussi par celle de Dorcy Rugamba, fils du grand artiste, poète, écrivain et musicologue Cyprien Rugamba, qui a entrepris des démarches pour se joindre à la troupe en cours de route. Lui, qui a vu huit des siens périr, s’est senti presque « obligé » de participer à Rwanda 94. « Ce projet, remarque-t-il, je le vis comme un départ. C’est un devoir de vie de se retrousser les manches et d’agir. Ma plus grande satisfaction, c’est de ne pas être resté les bras croisés. Ce qui me passionne, c’est à quel point le théâtre peut rendre compte de l’horreur que nous avons vécue… En une heure, nous aurions pu donner quelque chose de l’ordre de l’émotion, mais l’émotion ne suffit pas pour comprendre… » Rwanda 94 existe donc parce que « la vérité a besoin du désir de vérité ». Ce grand spectacle engagé réinvente en quelque sorte le théâtre d’intervention et s’avère effectivement indispensable pour faire entendre ce million de voix que nous avons le devoir de ne jamais oublier.

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Texte Marie-France Collard, Jacques Delcuvellerie, Yolande Mukagasana, Jean-Marie Piemme et Mathias Simons
Mise en scène Jacques Delcuvellerie
Production Groupov

On a tout un festival pour vous


Abonnez-vous à l'infolettre