Déjà ajouté à Mon Festival.

Mon festival
Spectacle Archive

Meurtre

2002



Prix régulier /

Gill Champagne (Québec)

À Québec, le 18 mai 1985, dans un coup (moment ?) de folie, le caporal Lortie a tué trois personnes et en a blessé huit à l’assemblée nationale. L’événement fait désormais partie de l’histoire de la province. Martine Drai, auteure française, s’en est inspirée pour écrire Meurtre.

« J’ai lu l’histoire d’un homme. De cet homme et de son histoire, je n’ai pas trouvé le moyen de me protéger. Il était là, ne me lâchait plus. Avec son crime. Avec toutes les paroles prononcées de l’autre côté de ce crime. Il demandait que je le regarde, que je l’écoute. Il réclamait que je comprenne, peu à peu qu’il avait tué pour dire ce qu’il ne pouvait dire qu’après avoir tué. Il m’installait dans le vertige. Je n’aimais pas comprendre cet homme. J’ai pris le parti de regarder, en même temps que lui, ma sympathie pour lui, ma répulsion, mon vertige », dira Martine Drai dans la présentation de Meurtre.

Pour traiter de cette étrange et dérangeante sensation, Martine drai a travaillé à partir du livre  Le meurtre du caporal Lortie, du criminaliste et psychologue Pierre Legendre, pendant qu’elle était en résidence au Centre national des Écritures du Spectacle à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, en France, en 1996. Elle en a conçu un puzzle, une œuvre à trois voix, une femme et deux hommes qui soutiennent trois points de vue, trois temps de la vie de celui qui voulait « tuer l’image de son père » : le présent (l’hôpital psychiatrique), le proche passé (le crime et le procès) et le passé éloigné (l’enfance).

« Ce qui m’a touché, c’est cette magnifique exploration, très visuelle, des chemins qui mènent à l’intériorité, à l’univers d’un individu. Les inventions de langage aussi, la poésie ! Et puis l’utilisation de trois voix qui témoignent, se questionnent sans nécessairement donner de réponse, qui nous mettent en garde : notre équilibre mental est fragile, nous vivons sur la corde raide. Alors… »

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Texte Martine Drai
Mise en scène Gill Champagne
Production Théâtre Blanc

On a tout un festival pour vous


Abonnez-vous à l'infolettre