Déjà ajouté à Mon Festival.

Mon festival
Spectacle Archive

Madame Catherine prépare sa classe de troisième à l’irrémédiable

Théâtre Périscope

0h55 (sans entracte)


ven. 31 Mai
20h
sam. 1er Juin
16h
Entretien avec les artistes le 1er juin après le spectacle.
Prix régulier / 55$ taxes et frais de services inclus

Mise en scène, environnement sonore et direction artistique Jon Lachlan Stewart (Montréal)

Traumatisée par la tuerie perpétrée à Sandy Hook en 2012 et préoccupée par la sécurité de l’école qu’elle juge inadéquate, une enseignante du primaire décide de préparer les élèves de son groupe à l’éventualité d’une fusillade.

Le public prend place dans un espace qui fait office de salle de classe. Directement interpelés tout au long de la pièce, les spectateurs assistent à une leçon de survie qu’ils ne sont pas près d’oublier… Professeure compétente et imaginative, Madame Catherine adopte de multiples stratégies pour susciter l’intérêt de ses élèves : marionnettes, masques, chanson, jeux participatifs, dessins, elle déploie tous les moyens possibles pour les sensibiliser au danger qui les guette.

Tantôt douce et aimante, tantôt lucide et menaçante, Madame Catherine, en proie à son obsession, s’enfonce de plus en plus dans la paranoïa et sombre dans l’excès. Dans le rôle de cet être complexe, paradoxal et perturbé, Alice Pascual, seule en scène, est absolument magistrale.

Avec la gravité du sujet, l’état psychologique fragile du personnage et les procédés ludiques employés tout au long de la leçon, Madame Catherine prépare sa classe de troisième à l’irrémédiable navigue entre le comique et le tragique, entre la candeur de l’enfance et la rudesse du monde actuel et entraîne dans des montagnes russes d’émotions. De cette œuvre choc, évocation explicite et troublante du discours soutenu par certains dirigeants politiques, surgit une réflexion lucide et nécessaire sur les dérives de la peur. Et le public, face à ses propres angoisses, s’y confronte avec un rire tantôt franc tantôt grinçant.

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Texte Elene Belyea
Assistance à la mise en scène Amanda Goldberg
Avec Alice Pascual
Décor Cédric Lord
Éclairages et accessoires Zoe Roux
Traduction Olivier Sylvestre
Production Théâtre Surreal SoReal

Vidéo

Informations complémentaires

La production originale, Miss Katelyn’s Grade Threes Prepare for the Inevitable, a été créée en 2015 à Montréal. Elle a été reprise en 2018 dans plusieurs villes canadiennes.

Théâtre Surreal SoReal

La compagnie est fondée en 2004 par Jon Lachlan Stewart et Vincent Forcier, mais est maintenant gérée par Jon Lachlan Stewart, Hilaire St Laurent et Hélène Dimanche. Son travail est axé sur le théâtre multidisciplinaire et interculturel qui tente de rapprocher les milieux anglophones et francophones au Canada. L’équipe est en constante exploration des formes : trouver la meilleure façon de raconter chaque histoire. Aimant particulièrement le théâtre physique et plus technologique, la compagnie espère donner un nouveau souffle à des classiques contemporains, et donner un premier élan à de nouveaux textes.

Le Théâtre Surreal SoReal crée des processus bilingues dans le but de viser une esthétique théâtrale viscérale, qui dépasse les barrières de langues et qui atteint une résonance profonde chez le public. Il croit que les tensions déclenchées par l’incompréhension face à l’autre, à une langue différente ou à ce qu’on ne connaît pas, peut engendrer des effets et des émotions dynamiques chez les spectateurs.

Au sein de la compagnie, interculturel ne veut pas toujours dire bilingue: c’est davantage un échange artistique entre anglais et français. Chacun des spectacles est toujours constitué d’équipes mixant francophones et anglophones, et cherche toujours à représenter ses pièces pour les deux publics autant à Montréal, au Québec ainsi qu’au Canada.

Les productions sont: Big Shot (en tournée depuis 2008); Dog (production multimédia), Beckett’s Shorts (8 pièces courtes de Samuel Beckett, mises en scène par 8 metteurs en scène albertains), Sartre’s Shorts (6 pièces non-dramatiques adaptées par 6 écrivains albertains, une production bilingue), et The Genius Code (production multidisciplinaire, le public suivant le spectacle avec des écouteurs, ayant le pouvoir de choisir quel personnage il désire suivre dans un style de “choose your own adventure”). Il n’y a pas longtemps, Surreal a produit sa première mise en lecture d’un texte en traduction: Killer Joe, de Tracy Letts, dans une traduction de Frédéric Blanchette, présenté au Théâtre La Licorne. Au printemps 2018, la présentation de Madame Catherine prépare sa classe de troisième à l’irrémédiable, une pièce qui explore les fusillades et la violence scolaire, a eu lieu au Théâtre Prospero. Dans les projets en développement, il y a Jonathan Livingston le Goéland, une adaptation mettant en vedette plusieurs danseurs vivants avec des handicaps physiques; Trying to listen while not giving a fuck, une deuxième étape de travail pour la pièce The Genius Code. Jon Lachlan Stewart a repris le solo de l’écrivain québécois Fabien Cloutier, Cranbourne, et l’a présenté à l’été 2018 à Winnipeg.


À PROPOS DES ARTISTES

Elena Belyea, autrice

Elena est une écrivaine, interprète, productrice et éducatrice qui s’identifie comme queer. Elle est la fondatrice de la compagnie Tiny Bear Jaws et co-fondatrice du Found Festival avec la compagnie Common Ground Arts à Edmonton, en Alberta. Ses pièces ont été jouées à travers le Canada anglais et ont été récipiendaires de plusieurs prix. Elle est finissante de l’université de l’Alberta et de l’école Nationale de Théâtre en écriture dramatique.

Jon Lachlan Stewart, metteur en scène

Jon est un metteur en scène, écrivain et comédien bilingue vivant à Montréal. Il est directeur artistique du Théâtre Surreal SoReal, ainsi que co-directeur artistique de La Fille du Laitier à Montréal. En tant qu’interprète, il a été des pièces Le Joueur (Théâtre Prospero), Travesties (Segal Centre), Harry the King (Shakespeare in the park, Montréal), Louis Riel (La Chapelle), Des Fraises en Janvier (L’Unithéâtre), Écran Fumée (Théâtre la Seizième) et un grand nombre de pièces avec sa propre compagnie. Ses mises en scène incluent Funny Girl (assistance, avec le Centre Segal); Miss Katelyn’s Grade Threes Prepare for the Inevitable (Théâtre Centaur, janvier 2015); Before Her Time: 3 plays by Samuel Beckett; Shopping and Fucking; A Number; The Woman Before (tous à l’École nationale de théâtre); The Genius Code (Catalyst Theatre, Edmonton, 2 nominations); Guernica (Hidden Harlequin, nomination pour la meilleure mise en scène) et Big Shot (Carrefour international de théâtre, dans le volet des chantiers / constructions artistiques). Jon est finissant de l’École Nationale de théâtre en mise en scène, et du Studio 58 à Vancouver, en interprétation.

Alice Pascual, Madame Catherine

Au petit écran, Alice est l’interprète de Manuela dans Trop sur ICI Radio-Canada, une comédie dramatique signée Marie-Andrée Labbé. On peut aussi voir l’actrice dans le thriller Prémonitions à TVA, où elle interprète le personnage de Marie. On a également pu découvrir Alice dans O’, 30 vies, Yamaska et Toute la vérité. Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal en

2009, la comédienne a participé à plus d’une vingtaine de productions théâtrales. Elle était de Tristesse animal noir (Claude Poissant), La cerisaie (Yves Desgagnés), Ce moment-là (Denis

Bernard), Bienveillance (Claude Poissant), Fredy (Marc Beaupré), Terminus (Michel Monty) et On ne badine pas avec l’amour (Claude Poissant). Plus récemment, on a pu voir la comédienne dans J’accuse (Sylvain Bélanger) au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et à La Bordée, ainsi que dans Quand la pluie s’arrêtera (Frédéric Blanchette), présentée chez Duceppe et au Trident.

Frédéric Lavallée, Monsieur Christopher

Diplômé en 2003 de l’École Supérieure de théâtre de l’UQAM, Frédéric Lavallée a plus d’une trentaine de productions théâtrales à son actif. Fasciné par le corps et la façon dont un artiste peut occuper l’espace, son parcours professionnel le mène notamment vers la danse, la capture de mouvement et le théâtre performance. Il était récemment des distributions de Selfie (mise en scène de Philippe Cyr), Le joueur (mise en scène de Gregory Hlady), Une femme à Berlin (mise en scène de Brigitte Haentjens), en plus de participer à la reprise et à la tournée internationale de la pièce Ainsi parlait (mise en scène de Frédérick Gravel, texte d’Étienne Lepage) depuis 2014.

Ce que la presse en dit...

Pour éviter le banal exercice de style, on peut compter sur le jeu, la comédienne étant constamment sur la corde raide entre la lucidité et la folie, la tendresse et la menace, puis sur les contrastes de la mise en scène, juxtaposant comique et tragique, mais surtout sur la complexité du personnage.

Christian Saint-Pierre

Le Devoir, 30 mars 2018

La performance d’Alice Pascual est magistrale dans le rôle de cette professeure tellement aimante et préoccupée par la sécurité de ses élèves qu’elle en vient à alimenter le climat de peur envahissant plutôt qu’à le prévenir.

Sara Thibault

www.montheatre.qc.ca, 29 mars 2018

Le moins que l’on puisse dire est qu’Alice Pascual se donne à 100% pour incarner cette professeure au bord de la crise de nerfs, mais énergique, pleine d’affection pour ses élèves et vaguement embarrassée par ses propres dérapages.

Aurélie Olivier

Revue de théâtre JEU, 29 mars 2018

Ce texte admirablement construit et structuré est porté par une Alice Pascual inspirée et d'une rare intensité. C'est une performance remarquable à laquelle le public assiste, de ces moments de théâtre qui demeurent dans la tête et dans l'âme. Et qui vous secoue pour un bon moment.

Marie-Claire Girard

HUFFPOST, 31 mars 2018

Voici une proposition théâtrale audacieuse, singulière, criante d’actualité, poignante, ingénieuse, comique et sans fausse note.

Alexandre Provencher

La Bible Urbaine, 30 mars 2018


Abonnez-vous à l'infolettre