Déjà ajouté à Mon Festival.

Mon festival
Spectacle Archive

La nuit juste avant les forêts

Crédit photo : Yanick MacDonald

2011 | Lieu non théâtral



Prix régulier /

Brigitte Haentjens (Montréal)

La nuit. Il pleut des cordes sur un Paris lugubre et inquiétant. Dans la rue, un étranger accoste un passant anonyme, lui demandant asile pour quelques heures. Transi de froid, mais brûlant d’un feu mal contenu, le jeune homme se livre sans partage à l’inconnu, pris aux tripes par une solitude sans fin qui l’amène à mobiliser les faibles moyens dont il dispose pour retenir son interlocuteur, déversant sur lui un flot de paroles frénétiques. Dans un lyrisme troublant, l’homme dit à l’Autre son manque, crache sa rage de vivre, dénonce l’injustice de sa condition, l’hostilité de sa terre d’accueil et son inconfort d’être étranger dans un pays qui l’oppresse. L’Autre, cet « ange au milieu du bordel », c’est nous. Paris, c’est un garage désaffecté de Québec. L’invective, c’est ni plus ni moins que le plaidoyer de tous les révoltés en faveur d’une plus grande compassion envers les laissés-pour-compte et les exclus qui, comme eux, rêvent d’une vie meilleure. Dix ans après l’avoir monté une première fois avec le comédien James Hyndman, la metteure en scène Brigitte Haentjens propose une nouvelle lecture fiévreuse et incarnée de l’un des plus grands textes contemporains de la francophonie. Interprété avec une intensité physique peu commune, le soliloque est livré d’un seul trait et sur un rythme haletant par Sébastien Ricard. Dramaturgie de l’urgence, théâtre de l’« ici et maintenant », La nuit juste avant les forêts laisse jaillir une parole débridée d’une densité vertigineuse et une langue d’une richesse inépuisable.

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Texte Bernard-Marie Koltès
Mise en scène Brigitte Haentjens
Interprétation Sébastien Ricard
Production Sibyllines

On a tout un festival pour vous


Abonnez-vous à l'infolettre