Spectacle Archive

du serment de l’écrivain du roi et de diderot

2004



Prix régulier /

Damiaan de Schrijver, Peter Van den Eede, Matthias de Koning (Belgique - Pays-Bas)

Connu du public depuis 1830, le  « Paradoxe sur le comédien est une œuvre posthume de l’encyclopédiste Denis Diderot (1713-1784), spectateur de théâtre attentif qui scrutait de façon quasi technique les faits et gestes des comédiens.  Ayant constaté la métamorphose du public de théâtre du XVIIIe siècle, puisque les travailleurs se mêlaient  de plus en plus à la gent bourgeoise, Diderot affirma que le théâtre ne pouvait plus être qu’un simple amusement frivole. Pressentant la nécessité d’une réforme de la mise en scène, il soutint que le réalisme tant social que psychologique devait se traduire par un réalisme scénique.

Ainsi, Diderot prôna un détachement de l’acteur de sa propre sensibilité, par l’entremise d’un « travail assidu » et d’un « sang froid » qui lui permettraient de « rendre si scrupuleusement les signes extérieurs du sentiment », que le spectateur pourrait le confondre avec le « sentiment actuel ».

Au  fil de leurs nombreuses collaborations, les concepteurs et interprètes Peter Van den Eede, Damiaan De Schrijver et Matthias de Koning ont à leur tour élaboré de nombreux principes concrets à propos de l’acteur. Le titre original de la pièce est la juxtaposition de leurs trois noms de famille, auxquels s’ajoute celui de Diderot. En français, Van den Eede  se traduit par « du serment », De Schrijver , par « l’écrivain » et de Koning par « le roi ».  Partageant la même volonté de situer l’acteur au centre de la création et d’exclure toute identification au personnage, ils tentent d’éprouver la pertinence de la théorie de Diderot à la lumière du plateau !

Dans un dispositif scénique où se côtoient le vrai et le faux, l’authentique et l’artifice, les trois acteurs farfelus se livrent à une succession de démonstrations  sans queue ni tête visant à expérimenter certains passages du traité de Diderot.  S’ensuit une joyeuse anarchie théâtrale, causée par l’embrouillement des protagonistes, qui s’emmêlent dans leurs théories, leurs vérifications et leurs ficelles.  À mi-chemin entre l’intellectualisme et la bêtise, ils déblatèrent furieusement sur la légitimité du paradoxe. Doit-on s’identifier au personnage ou s’en distancier?  Qu’est-ce qui rend le jeu théâtral plus vrai, plus efficace ? Là sont les questions!

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Texte Denis Diderot
Mise en scène Damiaan de Schrijver, Peter Van den Eede, Matthias de Koning
Production TG Stan, De Koe et Discordia

On a tout un festival pour vous


Abonnez-vous à l'infolettre