Déjà ajouté à Mon Festival.

Mon festival
Spectacle

Cold Blood

Crédit photo : Julien Lambert

Grand Théâtre de Québec, salle Octave-Crémazie

1h15 (sans entracte)

En français. Tous publics à partir de 12 ans.


mer. 6 Juin
19h30
jeu. 7 Juin
19h30
ven. 8 Juin
19h30
Entretien avec les artistes le 6 juin après le spectacle.
Prix régulier / 49,50$ taxes incluses, frais de services en sus

Michèle Anne De Mey, Jaco Van Dormael et le collectif Kiss & Cry (Belgique)

ANNULATION DES REPRÉSENTATIONS DES JEUDI 7 ET VENDREDI 8 JUIN

En raison de la fermeture du Grand Théâtre de Québec, nous sommes contraints d’annuler les représentations du spectacle prévues les 7 et 8 juin à 19h30.

Modalités de remboursement :
– si vous avez acheté vos billets par téléphone directement auprès du Grand Théâtre de Québec ou sur Internet, un remboursement automatique sera fait dans sur votre carte de crédit.
– si vous avez acheté vos billets par téléphone auprès du Carrefour international de théâtre ou en personne à la billetterie (rue de la Couronne), appelez-nous au 418 529-1996 ou présentez-vous à la billetterie à partir de lundi 11 juin, en vous assurant d’avoir vos billets en main.

 

Portés par l’extraordinaire succès qu’a connu leur précédente création, Kiss & Cry, la chorégraphe Michèle Anne De Mey et le cinéaste Jaco Van Dormael récidivent. Ils déploient à nouveau leur ingénieux dispositif à la fois scénique et cinématographique et leur émouvante nanodanse pour créer un film en direct sous les yeux des spectateurs. Sur scène, un impressionnant plateau de tournage s’active. Les caméras s’agitent, les décors miniatures s’animent, les mains virtuoses s’élancent et s’enlacent, une voix raconte. Sept récits, sept personnages et autant de morts différentes. Des morts drôles, absurdes, silencieuses; des morts érotiques, nocturnes, inattendues.

Cold Blood entraîne dans l’envers du décor et révèle les mécanismes qui font la magie du cinéma. De prouesses techniques en inventions visuelles, artistes et techniciens, à la vue du public, construisent ce film unique et éphémère. Emporté dans un jeu de rapport d’échelle fascinant, l’œil passe du micro au macro : il vogue des corps entiers aux gestes lilliputiens, des maquettes aux hors-champs, du plateau à l’écran.

Une forêt dans le brouillard, une chambre d’enfant, une ville en feu, un cinéparc, un avion jouet, une salle de bal en verre… toute une panoplie d’objets, de paysages minuscules et d’environnements en format réduit accueillent les doigts qui cabriolent, bondissent, puis s’évanouissent…

Si la pièce parle de la mort, c’est pour embrasser la vie, car il s’agit bien d’une fête, lumineuse et tendre, une ode aux souvenirs et aux sens, à l’amour et aux plaisirs. Le théâtre se trouve transcendé et le public, immédiatement replongé dans l’émerveillement de l’enfance.

En savoir plus sur le spectacle

Vidéo

Crédits

Création collective Gregory Grosjean, Thomas Gunzig, Julien Lambert, Sylvie Olivé, Nicolas Olivier
Avec Harry Cleven, Benjamin Dandoy, Michèle Anne De Mey, Pierre De Wurstemberger, Ivan Fox, Gregory Grosjean, Yann Hoogstoel, Julien Lambert, Stefano Serra
Mise en scène Jaco Van Dormael et Michèle Anne de Mey
Direction technique Thomas Dobruszkès
Direction tournée Thomas Van Cottom
Agent international Menno Plukker
Production déléguée Mars, Mons Arts de la Scène (BE), Production exécutive Astragales asbl (BE), Producteur associé Théâtre de Namur (BE)
Coproduction Charleroi Danses (BE), la Fondation Mons 2015, KVS (BE), Les Théâtres de la Ville de Luxembourg (LUX), le Printemps des comédiens (FR), Torino Danza (IT), Canadian Stage Toronto (CA), Théâtre de Carouge (CH), Théâtre des Célestins (FR)

L’équipe de création
Mise en scène Jaco Van Dormael et Michèle Anne De Mey
Textes Thomas Gunzig
Scénario Thomas Gunzig, Jaco Van Dormael et Michèle Anne De Mey
Cinématographie Jaco Van Dormael et Julien Lambert
Chorégraphie Michèle Anne De Mey et Grégory Grosjean
Danse Grégory Grosjean et Gabriella Iacono, Manuela Rastaldi
Image Julien Lambert assisté de Aurélie Leporcq
Décors Sylvie Olivé assistée de François Roux, Juliette Fassin, Théodore Brisset, Brigitte Baudet, Daniella Zorrozua
Construction Jean-François Pierlot (Feu, métal), Walter Gonzales (Triline)
Costumes Béa Pendesini et Sarah Duvert
Création lumière Nicolas Olivier assisté de Bruno Olivier (création)
Création sonore et mixage en direct Boris Cekevda
Interprètes et manipulations en scène Manuela Rastaldi, Grégory Grosjean, Gabriella Iacono, Ivan Fox, Bruno Olivier, Stefano Serra, Jaco Van Dormael, Julien Lambert, Aurélie Leporcq
Photos Julien Lambert
Régie générale Thomas Dobruszkès
Déléguée de production Hélène Dubois/Astragales asbl
Responsable de tournée Meryl Moens/ MoDul cie

L’équipe de tournée
Réalisation Jaco Van Dormael en alternance avec Harry Cleven et Nicolas Olivier
Danse Michèle Anne De Mey, Grégory Grosjean, Gabriella Iacono en alternance avec Manuela Rastaldi, Denis Robert, Nora Alberdi
Caméra Julien Lambert en alternance avec Juliette Van Dormael et Tristan Galand assisté(e) d’Aurélie Leporcq en alternance avec Pierre de Wurstemberger et Charlotte Marchal
Décors et manipulations Ivan Fox, Stefano Serra en alternance avec Aurore Leduc
Lumières Nicolas Olivier en alternance Giacinto Caponio et Yann Hoogstoel
Son Boris Cekevda en alternance avec Benjamin Dandoy
Avec Jaco Van Dormael, Michèle Anne De Mey/ Manuela Rastaldi, Grégory Grosjean/Denis Robert, Gabriella Iacono/Nora Alberdi, Julien Lambert/Tristan Galand/Juliette Van Dormael, Aurélie Leporcq/Charlotte Marchal/Pierre de Wurstemberger, Ivan Fox/ Aurore Leduc, Stefano Serra, Giacinto Caponio/ Nicolas Olivier/Yann Hoogstoel
Narration Jaco Van Dormael (FR), Valentijn Dhaenens (NDLS), Toby Regbo (EN), Francesco Mormino (IT), Makis Papadimitriou (GR), Oleg Zhukov (D)
Traduction du texte Michael De Cock (NDLS), Gladys Brookfield (EN) Olmo Missaglia (IT) Xénia Engel (D)

Avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles et de Wallonie Bruxelles International.

Présenté en collaboration avec l’Usine C.

Informations complémentaires

Le spectacle est disponible en six langues : allemand, anglais, français, grec, italien et néerlandais.
La narration en français est de Jaco Van Dormael lui-même.

Livre tiré du spectacle
GUNZIG, Thomas. Cold Blood, Un spectacle de Michèle Anne De Mey, Jaco Van Dormael et le Collectif Kiss & Cry, Les Impressions Nouvelles, Bruxelles, 2017, 96 pages.

La trame sonore originale, créée par Boris Cekevda, est disponible sur Spotify. Elle est composée des artistes suivants :
David Bowie (1947-2016), musicien, chanteur, auteur-compositeur-interprète, producteur de disques, peintre et acteur britannique / Space Oddity – 2015 Remastered Version
Chico Buarque (1944-), chanteur, compositeur, dramaturge et écrivain brésilien / Valsinha
Doris Day (1922-), actrice, chanteuse et productrice américaine / On Moonlight Bay et It’s Magic
Camillo Felgen (1920-2005), chanteur et acteur luxembourgeois / Sag Warum
Henryk Górecki (1933-2010), compositeur polonais de musique contemporaine / Symphonie numéro 3 « Symphony of Sorrowful Songs »
Janis Joplin (1943-1970), chanteuse américaine, reine de la soul psychédélique / Little Girl Blue
Arvo Pärt (1935-), compositeur estonien de musique contemporaine / Spiegel im Spiegel et Für Alina no 1
Carlos Peredes (1925-2004), compositeur portugais de musique pour la guitare / Canção Verdes Anos
Cole Porter (1891-1964), compositeur et parolier américain / Begin the Beguine
Lou Reed (1942-2013), auteur-compositeur-interprète américain / Perfect Day
Alessandro Scarlatti (1660-1725), compositeur italien de musique baroque, reconnu pour ses opéras / II Sedecia, Rèdi Gerusalemme : « Caldo Sangue »
Franz Schubert (1797-1828), compositeur autrichien, maître incontesté du lied / String Quintet in C, D.956 : 2.Adagio
Dmitri Shostakovich (1906-1975), compositeur russe de la période soviétique / Two Pieces for String Quartet : I. Elegy
Nina Simone (1933-2003), pianiste, chanteuse et compositrice américaine / Little Girl Blue
Igor Stravinsky (1882-1971), compositeur, chef d’orchestre et pianiste russe de musique moderne / Chanson russe
Maurice Ravel (1875-1937), compositeur français, principal représentant du courant dit impressionniste / Boléro et Ma mère l’Oye : Petit Poucet
Richard Wagner (1813-1883), compositeur, directeur de théâtre, écrivain, chef d’orchestre et polémiste allemand de la période romantique / Wesendock Lieder, WWV 91 :3. Im Treibhaus

Tournées

2015

8 au 15 décembre / Création / Théâtre Le Manège / Mons 2015 Capitale européenne de la Culture (Belgique)

2016

10 au 14 février / Canadian Stage / Toronto (Canada)
18 au 21 février / Usine C / Montréal (Canada)
22 au 30 avril / Théâtre Royal de Namur / Namur (Belgique)
9 au 11 juin / Printemps des Comédiens / Montpellier (France)
23 et 24 juillet / Festival d’Athènes (Grèce)
16 au 24 septembre / KVS / Bruxelles (Belgique)
29 et 30 septembre / Théâtres de la ville de Luxembourg / Luxembourg (Luxembourg)
4 au 8 octobre / Charleroi Danses, Palais des Beaux-Arts / Charleroi (Belgique)
22 et 23, 25 et 26 octobre / Torinodanza festival / Torino (Italie)
24 au 26 novembre / L’Onde / Vélizy (France)
14 au 22 décembre / Théâtre de Namur (Belgique)

2017

8 au 17 février / Théâtre des Célestins / Lyon (France)
8 au 17 mars / KVS / Bruxelles (Belgique)
22 et 23 mars / Festival Composites / Compiègne (France)
31 mars et 1er avril / Centre culturel / Welkenraedt (Belgique)
25 au 27 avril / Le Quai / Angers (France)
1 au 3 juin / Festival PERSPECTIVES / Saarbrucken (Allemagne)
28 au 30 septembre / Festival PERSPECTIVES / Châteauvallon (France)
19 et 20 octobre / Théâtre du Blanc-Mesnil / Blanc-Mesnil (France)
17 au 19 novembre / Théâtre de Liège (Belgique)
23 et 24 novembre / Scène nationale Annecy / Bonlieu (France)
7 et 8 décembre / Sartrouville (France)
12 au 23 décembre / Théâtre National / Bruxelles (Belgique)

2018

9 janvier au 3 février / Théâtre de Carouge (Suisse)
23 et 24 février / CC Hasselt (Belgique)
28 février au 3 mars / Wolubilis (Belgique)
6 au 8 mars / Théâtre de Sénart / Lieusaint (France)
19 au 21 avril / Ann Arbor (États-Unis)
26 au 29 avril / Usine C / Montréal (Canada)
30 mai au 3 juin / Boston (États-Unis)

 

À propos des créateurs

Michèle Anne De Mey

Née à Bruxelles en 1959, Michèle Anne De Mey étudie à Mudra, l’école fondée par Maurice Béjart. Elle donne une nouvelle orientation à la danse contemporaine en signant ses premières chorégraphies : Passé Simple (1981), les duos Ballatum (1984) et Face à Face (1986). Parallèlement, elle collabore avec Anne Teresa de Keersmaeker dans Fase (1982), Rosas danst Rosas (1983) ou encore Elena’s Aria (1986)
C’est en 1989 que Michèle Anne De Mey fonde l’ASBL Astragale, structure de création, production et de diffusion de ses œuvres. S’en suit la création de Sinfonia Eroica: pièce majeure de son parcours, cette œuvre héroïque et amoureuse connaît un succès international immédiat et voyage à travers le monde. Ayant élu domicile au Studio St-Josse, Astragale porte une trentaine de spectacles sur une quinzaine d’années dans ce lieu où se mélange création, formations, ateliers et stages réguliers. Véritable pépinière de la danse, les années « Studio » lanceront également de jeunes auteurs-chorégraphes avec leurs premières créations.
Michèle Anne De Mey y déploie un univers chorégraphique polymorphe. Celui-ci prend racine dans une dramaturgie forte qui place avant tout le danseur dans un rapport scène/public particulier, entre intimité et émotion, narration et déconstruction. Sa spécificité en tant qu’artiste est la recherche du décloisonnement des disciplines. Aussi, ses collaborations l’emmènent à tisser toujours plus de complicités avec d’autres artistes-auteurs pour enrichir l’écriture et sa recherche chorégraphique ; compositeurs, cinéastes, plasticiens, comédiens, circadiens, peintres, dramaturges… Elle ne s’arrête pas aux frontières des genres.
En 2005, Michèle Anne De Mey devient co-directrice de Charleroi-Danses, Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Elle y recrée sa pièce-phare ; Sinfonia Eroica et enchaînera avec la création de P.L.U.G, de KOMA et de Neige.
En mars 2011, elle crée au Festival VIA avec le cinéaste Jaco Van Dormael et un collectif de créateurs Kiss & Cry, spectacle inédit et ambitieux qui confronte cinéma, danse, texte, théâtre et bricolage de génies. La création remporte immédiatement un succès international unanime. Plus de 280 dates plus tard, Kiss & Cry a été vu par plus de 100 000 spectateurs, en huit langues différentes dans une trentaine de pays. En 2012, elle offre à son interprète et collaboratrice de longue date, Gabriella Iacono, Lamento-Solo pour Gabriella. Spectacle de l’intime et de la mise à nu, Lamento rencontre un accueil élogieux de la critique. Au Festival au Carré, elle créé ensuite Memories (juillet 2015), un spectacle personnel, introspectif et dense. En décembre 2015, elle crée avec le manège.mons Cold Blood. Elle y retrouve le collectif de création de Kiss & Cry et le réalisateur Jaco Van Dormael. Le spectacle connaît le même engouement que son prédécesseur et la presse évoque un Doublé triomphal pour ce nouvel opus, atypique, moderne et intense.
En octobre 2017, création d’un seul en scène interprété par Michèle Anne De Mey, dans une mise en scène de Jaco Van Dormael.
Fin 2016, Astragale devient Astragales, rendant compte de la multiplicité de son travail. La compagnie devient la porteuse de projet principale des productions de la chorégraphe, dans sa Belgique natale et à travers le monde.

 

Jaco Van Dormael

Né en 1957, il a vécu une partie de son enfance en Allemagne. Après des études de cinéma à Paris et à Bruxelles, il devient metteur en scène de théâtre pour enfants et clown. Il écrit et réalise plusieurs courts métrages de fictions et documentaires dans les années 80 avant d’écrire et de réaliser quatre longs métrages : Toto le Héros (1981), Le Huitième Jour (1996), Mr. Nobody (2009) et Le Tout Nouveau Testament (2015). Jaco Van Dormael assure également des mises en scène de théâtre comme Est-ce qu’on ne pourrait pas s’aimer un peu? avec Eric De Taerke. Il explore dans ses mises en scène teintées d’onirisme, la puissance de l’imaginaire et la part de l’enfance. En moins de trente ans, il a développé un univers poétique et ambitieux qui lui est propre et des formes non-linéaires du récit. Il vit avec la chorégraphe Michèle Anne De Mey.

Ce que la presse en dit...

« Une grande réussite, un véritable tour de force… La danse est omniprésente, comme cœur affectif de l’œuvre et grammaire de base de la fameuse « nanodanse », danse du bout des doigts. »

Jean-Marie Wynants

Le Soir (Belgique)

« Le texte, tendre et décalé, de Thomas Gunzig faufile ces séquences entre rêve et réalité en nous guidant sur les nombreuses morts- et résurrections de l’héroïne… avec ce mélange de nostalgie et d’humour qui donne un fil conducteur poétique. En nous vouvoyant, nous public, il nous implique directement dans cet éloge de la vie au seuil de la mort. Du bel ouvrage, ce travail d’équipe. Un doublé triomphal. »

Christian Jade

RTBF (Belgique)

« L’équipe reviendrait dix fois au Québec qu’on se garrocherait pour la revoir tout autant. En vous encourageant à faire de même. »

Catherine Lalonde

Le Devoir

« Vous trouverez tout dans ce spectacle estomaquant d’innovation qui plonge dans ce que signifie le fait d’être mortel. Des mains qui flottent sur un étrange noir à un numéro de claquettes du bout des doigts, les transitions entre la bande sonore prenante et les accroches de la narration sont simplement « à mourir »… »

Jordan Allystair

Torontostage

« Un spectacle dédié à la mort? Peut-être. Mais surtout une véritable ode à la vie quand elle se laisse nourrir par un imaginaire susceptible de susciter un regard neuf sur le réel à travers le filtre ou le philtre qui même passé et présent, vécu et rêve, sensations et émotions. »

Michel Voiturier

Rue du théâtre

« Ce cinéma à la Méliès, de coin de table, avec cette nostalgie et ce merveilleux enfantin qui nous enflamment, est le fruit d’un vrai tournage de long métrage. »

Guy Duplat et Marie Baudet

La libre (Belgique)

« C’est un hommage à une équipe qui fait naître chaque soir ce spectacle qui semble spontané, immédiat et pourtant tellement précis. Pas de petit accomplissement, pas de soirée ordinaire au théâtre avec Cold Blood. »

Michael Crabb

The Star

« Le spectacle procure un plaisir aussi vif que le précédent… Cold Blood part de la mort pour raconter des instants de vie et voyager dans le temps… C’est une chose bien troublante et merveilleuse qu’a inventée Michèle Anne De Mey avec sa nano danse… »

Fabienne Darge

Le Monde

« Cold Blood, c’est du feel good theatre mené avec intelligence et brio! »

Jean-Claude Côté

JEU revue de théâtre

Remerciements

On a tout un festival pour vous

Spectacle déambulatoire extérieur

Où tu vas quand tu dors en marchant…?

Spectacle

Oblivion

Activité satellite

Donnant, donnant ?


Abonnez-vous à l'infolettre