Déjà ajouté à Mon Festival.

Mon festival
Spectacle Archive

Cinq visages pour Camille Brunelle

Crédit photo : Jérémie Battaglia

Prix régulier /

Claude Poissant (Montréal)

Un univers froid, désincarné ; cinq personnages anonymes, isolés. Trois femmes, deux hommes, jeunes, beaux, branchés, s’exposent sur Facebook, définis par leur profil décliné en ouverture. Puis, à coup de listes d’amis et de références culturelles lancées en énumérations étourdissantes, à travers photos et récits de soirées survoltées, ils racontent leur vie. Mais est-ce bien la leur ?

Sur les pages des réseaux sociaux, jusqu’où irait-on pour théâtraliser sa vie ? Cinq visages pour Camille Brunelle pose brillamment la question. Attitude étudiée, atmosphère de rivalité, surenchère où le quotidien et la réalité sont modelés pour devenir palpitants, le spectacle présente des personnages obsédés par leur image. C’est à qui sera le plus attirant, le plus audacieux, mais aussi le plus généreux, le plus engagé, ou le plus malheureux, le plus tordu. Sous le règne du superlatif, un seul commandement : fuir la pâleur de la vie ordinaire. Texte percutant, mise en scène précise et rythmée, photos omniprésentes, interprétation aux tons de nonchalance détachée évoquent à la fois l’isolement et le désir frénétique d’attention de jeunes adultes en constante représentation.

Créée en février 2013 dans une mise en scène de Claude Poissant, la pièce du jeune auteur Guillaume Corbeil a reçu le Prix 2012-2013 du texte original de l’AQCT (Montréal) et le Prix Michel-Tremblay 2013 de la Fondation du CEAD. Présenté en novembre dernier au Festival Primeurs, en Allemagne, le spectacle y a remporté le Prix du public. Et pour cause. Regard incisif et pertinent sur les mutations qui s’opèrent dans les modes de communication et, peut-être aussi, dans les relations interpersonnelles, tableau sombre du monde moderne, Cinq visages pour Camille Brunelle projette l’image glaçante de ses moments de vide vertigineux. Troublant.

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Texte Guillaume Corbeil
Mise en scène Claude Poissant
Production Théâtre PAP


Abonnez-vous à l'infolettre