Spectacle Archive

CHEECH (Les hommes de Chrysler sont en ville)

2004

Série Nouvelle garde



Prix régulier /

Frédéric Blanchette (Montréal)

Première recommandation : ne cherchez pas Cheech, vous ne le trouverez pas parmi les protagonistes de la pièce ! Figure absente, mais ô combien intimidante pour six personnages désaxés dont il menace les précaires existences. Selon Ron, le gérant d’une miteuse agence d’escortes, ce salaud de Cheech a dérobé le « book des filles » le jour même de l’arrivée en ville des hommes de Chrysler, clients potentiels s’il en est ! Voyez les conséquences de cette concurrence  déloyale sur la vie de Ron et de Maxime, le photographe qui l’assiste, sur celle de Stéphanie et de Jenny, deux escortes de l’agence, sur celle d’Olivier, un client mal assuré, et d’Alexis, son voisin d’en haut.

Deuxième recommandation : laissez vos montres au vestiaire ! Dans l’univers de Cheech, une seule horloge marque le décompte de cette journée folle, désorganisée et effrénée, probablement la pire de la vie des personnages, celle où chacun touche le fond. Comme ces derniers, la pendule a perdu le nord, plongeant la pièce dans un chaos chronologique déconcertant. Le spectateur doit reconstruire le casse-tête afin de découvrir la vérité qui se cache derrière cet amalgame de mensonges. Trahisons, indiscrétions et marchandages constituent le lot de ces  six êtres à la limite de la dépression. Peu leur importe d’ailleurs : ils n’ont absolument rien à perdre !

Antidépresseurs, guides de croissance personnelle, coups de fil, amour auquel on voudrait croire… Le fil qui rattache les personnages à la vie semble bien fragile. À travers une écriture directe et rythmée et une mise en scène éclectique, les séquences se télescopent, se répètent et s’éclipsent. Malgré la drôlerie de certaines situations et la verve de ces réparties, cette pièce dépeint sans dentelle la détresse quotidienne vécue par les jeunes adultes : compétition, surmenage, duplicité identitaire, solitude et rapport malsain avec l’argent, tout y passe. Avec Cheech (les hommes de Chrysler sont en ville), l’énergique  institution montréalaise du Théâtre de la Manufacture demeure fidèle à son mandat artistique, qui consiste à favoriser la création de pièces récentes et la découverte de nouveaux auteurs portant un regard actuel sur l’humanité et les enjeux de nos sociétés modernes.

En savoir plus sur le spectacle

Crédits

Texte François Létourneau
Mise en scène Frédéric Blanchette
Production Théâtre de la Manufacture

On a tout un festival pour vous

Activité satellite

COPIE-CARBONE

Spectacle

Zéro


Abonnez-vous à l'infolettre