Mot de la direction artistique

Le théâtre me manque.

Je ne sais pas pour vous mais moi, le théâtre me manque terriblement. En voir, en parler, en rêver, en faire, en créer, en jouer, en diriger, en programmer, depuis toujours, c’est ma vie, toute ma vie.

Parfois, je me dis, calme-toi, il n’y a pas que ça, il existe des tas de choses passionnantes dans le monde, des choses intéressantes… amusantes… Mais bon… le théâtre… quand même… j’ai rarement trouvé la même ouverture, la même profondeur, la même énergie, le même frisson, la même volupté, la même communion… Cette rencontre vivante, unique, palpitante, qui fait battre les cœurs à l’unisson, celui des interprètes et celui des publics, est absolument irremplaçable, impossible à reproduire, même avec les formidables outils numériques dont nous disposons aujourd’hui, et malgré ce qu’en disent certains intervenants de la culture. Rien, jamais, ne remplacera le rassemblement, le vivant, la rencontre de la chair et des os et des âmes et des esprits et le partage immédiat de l’expérience humaine.

En ce moment je me sens amputée d’une partie vitale de mon être. Et le pire c’est que je ne sais pas si elle me sera rendue, et quand. Je me sens désœuvrée, inutile, et je me sens seule. Vous me manquez. Les artistes me manquent, les collègues me manquent, les spectateurs, les amis du festival me manquent, tout ce grand réseau humain créé à travers la pratique de mon métier me manque terriblement.

Le 21e Carrefour devait s’ouvrir aujourd’hui. Normalement, nous serions tous et toutes en train de courir dans tous les sens, de mettre la dernière main à l’installation des tableaux d’Où tu vas quand tu dors en marchant…?, de terminer les montages des premiers spectacles en salles et l’aménagement du Zinc. Nous serions en train d’accueillir les premiers artistes, d’attendre les premiers spectateurs, et de se croiser les doigts pour que tout se passe bien… pour qu’il fasse beau, pour que les salles soient pleines, pour que tout le monde soit content!

C’est donc avec avec un pincement au cœur mais aussi avec l’espoir des jours meilleurs que le Carrefour vous propose son Édition spéciale en ligne 2020, disponible gratuitement sur notre site internet. Parce que nous voulons préserver ce lien précieux que nous tissons avec vous tous depuis toutes ces années. En sachant bien qu’aucune vidéo ou prestation en ligne ne peut tenir lieu de spectacle vivant. D’ailleurs, vous verrez que les captations de spectacles concernent uniquement des productions que vous avez déjà vues au Carrefour, qui existent déjà dans notre souvenir et ne prétendent d’aucune façon remplacer la programmation initialement prévue en salle cette année. Nous avons aussi glané pour vous des documentaires, des «making of», des témoignages d’artistes que nous aimons et dont nous savons que vous les aimez aussi. Pour vous donner l’occasion de creuser un peu plus dans le terreau qui nourrit leur travail. Et peut-être aussi pour nous aider à traverser ces moments de tristesse, cette période d’incertitude, en étant témoins de leur patience, de leur acharnement, de leur dévotion, de leur rigueur comme de leur liberté.

Merci à l’équipe du Carrefour et à tous les artistes, producteurs et distributeurs qui ont bien voulu céder les droits de ces œuvres. Je salue aussi tous ceux et toutes celles qui devaient être parmi nous cette année, qui devaient, d’une façon ou d’une autre, contribuer à la réalisation du festival.

Nous finirons bien par nous retrouver. En attendant, nous vous offrons ces quelques moments de nostalgie, de découverte ou d’approfondissement, en compagnie d’artistes que nous chérissons, avec tout notre amour, pour eux, et pour vous.

Marie Gignac

directrice artistique

On a tout un festival pour vous


Abonnez-vous à l'infolettre