Où tu vas quand tu dors en marchant…? fait déambuler cette année des milliers de spectateurs dans des lieux inusités, les fait plonger dans cinq univers insolites dispersés sur la colline parlementaire. Une création originale du Carrefour international de théâtre qui fait partie de l’image de marque de la capitale depuis 2009 et compte parmi les grands événements artistiques et culturels de Québec.

Plan - format agrandi

Où tu vas quand tu dors en marchant…? 5 nouveaux tableaux :

Les nervures secrètes – Marie-Josée Bastien

Cour de l’Édifice Marie-Guyart

Cette comédienne, auteure et metteure en scène qui rêvait depuis longtemps de plonger dans le parcours en tant que conceptrice fera naître la couleur et la poésie dans un espace architectural impressionnant et méconnu.

La souricière – Christian Lapointe
Rue Jacques-Parizeau

Auteur, metteur en scène, acteur et pédagogue, Christian Lapointe en est à sa première participation au parcours. Inspiré par la toponymie et l’histoire des événements qui se sont déroulés dans les lieux qui lui sont confiés, il proposera au public une expérience immersive et sensorielle dans l’histoire des manifestations politiques qui s’y sont déroulées.

Le 7e continent – Élène Pearson  
Rue Louis-Alexandre Taschereau

La scénographe et artiste multidisciplinaire Élène Pearson, dont on apprécie régulièrement la beauté des costumes sur les scènes de Québec, créera un univers visuel et sonore fabriqué entièrement de matières recyclées.

Mouvement perpétuel – Sophie Thibeault et Maxime Robin

Promenade des Premiers-Ministres

Sophie Thibeault (comédienne) et Maxime Robin (comédien, metteur en scène et auteur) sont tous deux habitués du parcours à titre d’acteurs. Ils signeront cette année une première conception qui se veut un hymne à la vie, inspiré de la métaphore des quatre saisons appliquée aux âges de la vie.

La grande manufacture Giorgia Volpe

Parc de l’Amérique-Française

Giorgia Volpe, artiste en arts visuels, mettra en scène des femmes de toutes origines qui ont en commun la pratique d’activités manuelles, par métier ou par passion. Tout en rappelant le passé manufacturier de la ville de Québec, l’artiste d’origine brésilienne posera un regard sensible sur la transmission des savoirs et le métissage de la société québécoise.


Galerie de photos/vidéos

Ce que la presse en dit…

Ensorcelé et ravi, on déambule au pays du temps suspendu.

Josianne Desloges, Revue Jeu, 25 mai 2015
 

La présentation de cette année est tout à fait magnifique et dépasse toutes les attentes.

Yves Leclerc, Le Journal de Québec, 22 mai 2015

Cette année, en s'installant entre les murs du Vieux-Québec, déjà porteurs d'une charge historique, les artisans ont plus que jamais réinventé les lieux avec leurs machinations surprenantes et ludiques.

Isabelle Houde, Le Soleil, 22 mai 2015
 

J'ai vraiment, vraiment et vraiment aimé ça! - Le maire Labeaume

Le Journal de Québec, 3 juin 2014

Un vent de rêverie sur Saint-Roch!

Isabelle Houde, Le Soleil, 23 mai 2014

Simplement splendide
C'est un magnifique spectacle déambulatoire que nous offre cette année le Carrefour.  […] Magique, étrange, féérique, acrobatique, ludique, l'expérience vous met des étoiles dans les yeux et vous donne des crépitements dans la poitrine. La promenade nocturne dans Saint-Roch est un pur plaisir pour tous les sens.

Josianne Desloges, Le Soleil, 24 mai 2013


Hallucinant et hors du temps
Il y a des moments comme ça où on a l'impression de se retrouver dans une autre dimension et que le temps s'est arrêté. La troisième édition de l'événement Où tu vas quand tu dors en marchant... est grandiose, lumineuse, poétique et festive.

Yves Leclerc, Le Journal de Québec, 26 mai 2013


Plus qu’une fabuleuse idée, Où tu vas quand tu dors en marchant s’impose d’année en année comme un rite de passage qui abolit toute frontière entre la rue et la scène, l’intime et le social, soi et l’autre.

Sylvie Nicolas, Le Devoir, 29 mai 2012.


[…] Avec des mots, des silences, des images surtout, partout d'éblouissante façon, ils disaient la vraie vie crue sous les artifices les faux-fuyants en tous genres... Bref, à sa troisième édition seulement, Où tu vas quand tu dors en marchant s'impose comme un must absolu.

Michel Bélair, Le Devoir, 31 mai 2011.
 

Peu importe le temps qu'il fera ce soir ou demain, habillez-vous chaudement car il faut ABSOLUMENT aller voir Où tu vas quand tu dors en marchant, en ayant les yeux, les oreilles et l'esprit grands ouverts.

Denise Martel, Le Journal de Québec, 27 mai 2011.
 

Une fête pour les sens
Il flottait dans l’atmosphère une humeur bon enfant, des fous rires, des éclats de voix, de l’étonnement et, surtout, du ravissement. Il s’agit d’expérience absolument formidable qui nous permet d’envisager la cité d’une façon totalement différente! “Quel party!” comme disait un des participants. Ou plutôt, une nuit magique...

Éric Moreault, Le Soleil, 29 mai 2010.

Crédits


Remerciements

Merci à la Ville de Québec, partenaire présentateur. Merci également à la Commission de la Capitale-Nationale et à la Société québécoise des infrastructures.