Elle doit partir, quitter cette maison. Au milieu des boîtes de carton et du papier bulle qui jonchent le sol, elle emballe et déballe, disparaît et réapparaît, escalade les murs et les façades, traverse l’espace et le temps. Les murs ont une histoire, ils ont une âme, et Aurélia en déchi?re les secrets. Avec ses complices, elle nous entraîne dans un univers peuplé de créatures féériques et loufoques, sorte d’Alice au pays des merveilles des temps modernes, échappée dans une Venise onirique et nostalgique.

Dans ce monde à la fois burlesque et poétique, conçu et imaginé par Victoria Thierrée-Chaplin, créatrice avec Jean-Baptiste Thierrée du Cirque Imaginaire et du Cirque Invisible, Aurélia Thierrée, enfant de la balle, se fait tour à tour mime, danseuse, acrobate, marionnettiste et illusionniste, irradiant la scène de sa grâce à la fois charnelle et évanescente. Un spectacle «tissé de l’éto?e des rêves » dont les incroyables prouesses nous laissent médusés, attendris et ravis.

Murmures des murs était au programme en 2015 mais avait malheureusement dû être annulé, Madame Thierrée s’étant blessée pendant la première représentation. Puis, comble de malchance, c’est une grève des transports en France au printemps 2016 qui a empêché la compagnie de faire le voyage. Le Carrefour ainsi que l’artiste sont très heureux de pouvoir vous proposer de nouveau le spectacle cette année.

 

Galerie de photos/vidéos

Ce que la presse en dit…

Entre théâtre burlesque, danse et cirque contemporain, Aurélia Thierrée impose, de nouveau, un spectacle unique, autant qu’une filiation méritée. Un art empreint de candeur, de fraîcheur, de créativité. […] C’est joliment drôle et drôlement pertinent.

Brigitte Lemery, La Voix du Nord, 11 mai 2011

 

[…] Murmurs supplies a constant stream of imaginative surprises carried along on a subtly poignant undercurrent.

Donald Hutera, The Times, 22 décembre 2011

 

Murmures des murs perpétue une riche tradition en convoquant poésie, féérie et burlesque pour nourrir un spectacle visuel virevoltant. Quant à la figure centrale de la pièce, reine de la métamorphose, sa présence est d’autant plus lumineuse qu’elle ne cesse de signifier combien les apparences sont trompeuses.

Sonia Da Silva, Luxemburger Wort, 25 janvier 2012

 

Un spectacle époustouflant et étourdissant, enchaînant visions insolites et séquences virtuoses dans une atmosphère souvent ténébreuse et énigmatique.

Marc Weinachter, Tageblatt, 25 janvier 2012

Crédits


Avec Aurélia Thierrée
accompagnée de Jaime Martinez et Antonin Maurel
Décor Victoria Thierrée-Chaplin
Réalisation Etienne Bousquet et Gerd Walter
Costumes Véronique Grand, Jacques Perdiguez, Monika Schwarzl, Victoria Thierrée-Chaplin
Réalisés par Sophie Bellin et Aurélie Guin
Chorégraphie Victoria Thierrée-Chaplin et Armando Santin
Régie générale Gerd Walter
Régie lumières Nasser Hammadi
Régie son Maxime de Laveleye
Régie plateau Antoine Gianforcaro
Régie accessoires Marco D'Amico
Régie costumes Monika Schwarzl
Régie tournée Didier Bendel
Production Victoria Thierrée-Chaplin
Coproduction Compagnie des Petites Heures – Paris / Théâtre de Carouge - Atelier de Genève / Les Théâtres de la Ville de Luxembourg / Cirque-Théâtre d?Elbeuf / La Coursive Scène nationale de La Rochelle / Grand Théâtre de Provence (Aix-en-Provence) / Scène nationale de Sénart / Théâtre de l’Archipel (Perpignan) et El Canal Centre d’Arts Scéniques (Salt-Girona) - Scène Catalane Transfrontalière (ECT-SCT) / Théâtre de Caen / Ville de Saint Quentin - Picardie / Le Rive Gauche – Scène conventionnée pour la danse / Théâtre de Villefranche (69) - Scène conventionnée / Avant Seine - Colombes


En collaboration avec Spoleto Festival USA

Remerciements

Damien Bricoteau, Albert Gerriet pour La Rue s’allume, Nasser Hammadi, James Thierrée