La scène se déroule dans une grande maison bourgeoise de Vienne. Les époux Auersberger donnent ce qu’ils appellent un dîner artistique, dont l’invité d’honneur, comédien vedette du Théâtre Impérial, se fait attendre. Les convives et leurs hôtes commémorent aussi ce soir-là leur amie Joana, artiste incomprise et malheureuse qui a fini par se suicider et qu’ils ont enterrée le matin même.

Le matériau d’origine est un récit de l’écrivain autrichien Thomas Bernhard, narrateur de ce monologue relatant la soirée, et dont le sous-titre est Une irritation. Il s’y livre à une observation cinglante du milieu artistique viennois. La transposition scénique orchestrée par Krystian Lupa, grand maître polonais de la mise en scène, déploie l’œuvre en une fresque théâtrale et cinématographique absolument magistrale où s’incarne toute la complexité de l’âme et des relations humaines, portée par une troupe d’actrices et d’acteurs stupéfiants de vérité.

Le spectacle éblouit et triomphe partout où il passe depuis sa présentation au Festival d’Avignon 2015. Rarement voit-on un enthousiasme aussi unanimement dithyrambique, autant chez les publics que du côté de la critique. Exceptionnel, fascinant, époustouflant, étourdissant, incomparable, et, selon le quotidien Le Monde, « Un chef-d’œuvre. […] un manifeste artistique éblouissant, qui est aussi une comédie humaine d’une drôlerie et d’une férocité sans nom. »

 

 

Galerie de photos/vidéos

Ce que la presse en dit…

Un chef-d’œuvre, qui a été salué comme tel, toute la salle debout, à l’issue de la représentation – quatre heures trente en polonais surtitré. À 72 ans, le maître du théâtre polonais signe un manifeste artistique éblouissant, qui est aussi une comédie humaine d’une drôlerie et d’une férocité sans nom. […] Lupa adapte ce matériau avec une intelligence magistrale, pour en faire du vrai et grand théâtre, avec des personnages et des dialogues – si l’on peut dire, tant ces êtres sont incapables d’échange.

Fabienne Darge, Le Monde, 6 juillet 2015

Avignon 69ème édition tient son événement. C’est l’adaptation magistrale et audacieuse du roman de l’Autrichien Thomas Bernhard « Des arbres à abattre ». Exceptionnel travail de transposition, fidèle et inventive, direction d’acteurs comme toujours magistrale et comédiens époustouflants. […] On ne voit que trop rarement du théâtre si puissant, si profond, si jubilatoire en même temps.

Armelle Héliot, Figaro Blog, 4 juillet 2015

 

Et ces instants, où il est censé ne rien se passer, sont en réalité de purs moments de théâtre, grouillant de détails d’une saisissante vérité humaine. […] Lupa signe avec ce spectacle de 4h30 – interprété par des acteurs hors pairs – très fouillé, sensible et juste dans les moindres détails, une traduction scénique étourdissante du roman.

Hugues Le Tanneur, Libération, 6 juillet 2015

 

[…] le jeu est vraiment impressionnant. On voit rarement des comédiens français de cette trempe.

Jean-Marie Gavalda, MidiLibre, 7 juillet 2015

 

Cela faisait un bail que nous n’avions éprouvé un tel enthousiasme, ce sentiment partagé d’une aventure théâtrale inventive et audacieuse, où l’éthique et l’esthétique font front commun pour raviver la flamme de l’intelligence. […] des acteurs époustouflants, aguerris à l’exigence artistique du metteur en scène, rivalisent de talent jusque dans le moindre geste à peine esquissé […]. Quel jeu ! Quelle force de conviction !

Marie-José Sirach, l’Humanité, 7 juillet 2015 

Crédits


Texte Thomas Bernhard
Adaptation, mise en scène, scénographie, lumière Krystian Lupa
Avec Bozena Baranowska, Jan Frycz, Anna Ilczuk, Michal Opalinski, Marcin Pempus, Halina Rasiakówna, Piotr Skiba, Ewa Skibinska, Adam Szczyszczaj, Andrzej Szeremeta,
Wojciech Ziemianski, Marta Zieba
Basé sur la traduction de Monika Muskala
Costumes Piotr Skiba
Arrangements musicaux Bogumil Misala
Vidéo Karol Rakowski et Lukasz Twarkowski
Traduction française et adaptation du surtitrage Agnieszka Zgieb
Production Teatr Polski/Wroclaw
 
Spectacle d'ouverture le 23 octobre 2014 at the Jerzy Grzegorzewski Stage 

Spectacle présenté en collaboration avec le Festival TransAmériques (FTA).